NOTRE OFFRE
Rechercher un rapport
Rechercher un rapport à l'aide de son code
0
Mon panier
0 Article(s)
0,00 €
Me connecter
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous dès maintenant.
NOTRE OFFRE
Rechercher un rapport
Rechercher un rapport à l'aide de son code
0
Mon panier
0 Article(s)
0,00 €
Me connecter
Pas encore de compte ? Inscrivez-vous dès maintenant.

Le Dieselgate, l’énorme scandale automobile de triche aux contrôles pollution

En septembre 2015, un énorme scandale explose : Volkswagen, le premier constructeur automobile allemand a sciemment truqué ces tests anti-pollution avec des valeurs jusqu’à 40 fois les normes sur 11 millions de voitures. Septs dirigeants sont alors inculpés. Depuis, des enquêtes sont menées sur le secteur automobile et la longue liste des constructeurs qui ont également triché ne cesse de s’allonger. En France, par exemple, c’est Renault et PSA qui sont visés par des enquêtes pour tromperie.

Enfin, tout récemment, c'est le constructeur automobile Nissan qui a reconnu que la plupart de ses usines au Japon avaient employé des méthodes de contrôle de pollution de véhicules inappropriées.

Retour sur le Dieselgate, le plus gros scandale de ces 10 dernières années.

 

La naissance du scandale

Le 18 septembre 2015, l'agence environnementale américaine (EPA) accuse Volkswagen d'avoir installé un logiciel qui truque les résultats du test anti-pollution sur des centaines de milliers de véhicules diesel fabriqués à partir de 2009, pour les faire paraître moins polluants qu'ils ne le sont réellement.

Ledit logiciel enclenche un mécanisme interne de limitation des gaz polluants pendant les contrôles. Une enquête est donc menée, et on découvre que les émissions réelles d'oxyde d'azote – un gaz à l'origine de maladies respiratoires et cardiovasculaires – sont jusqu'à quarante fois supérieures à la limite légale.

Volkswagen reconnaît peu après avoir truqué 11 millions de véhicules diesel, dont 8,5 millions en Europe et 600 000 aux États-Unis. Parmi ces véhicules, la plupart sont de la marque Volkswagen mais d’autres marques du groupe sont aussi touchés : Audi, Porsche, Seat et Skoda.

Le scandale explose, et plusieurs marques deviennent visées par cette affaire.

 

Qu'en est-il des autres marques ?

Des tests menés à la suite du scandale Volkswagen ont permis d'établir que les moteurs diesel d'autres constructeurs (comme Renault, PSA, BMW et tout récemment Nissan) s'avéraient également plus polluants dans la réalité que lors des contrôles.

Pour l’instant, sur ces différents cas et dans l'attente d'autres investigations, il n'existe à ce stade aucun élément permettant de conclure formellement à des fraudes. Il peut en effet s'agir d'optimisation des moteurs, la flexibilité de l'électronique faisant varier de nombreux paramètres en fonction des critères de roulage du moment.

 

Quelles conséquences ?

Les conséquences sont multiples. Elles sont d’abord judiciaires :

Deux hauts responsables du groupe Volkswagen ont été incarcérés: le patron d'Audi Rupert Stadler en juin, et un haut responsable de Porsche, Jörg Kellner, en avril. Wolfgang Hatz, qui a notamment été chef du développement des moteurs chez Audi de 2001 à 2007, est également en détention. L'ancien PDG de VW Martin Winterkorn et ses successeurs Martin Müller et Herbert Diess sont visés par des investigations. Enfin, Huit anciens et actuels dirigeants de Volkswagen et un cadre d'Audi ont été inculpés, dont M. Winterkorn. Parmi eux, deux ont déjà été condamnés à des peines de prison.

Des enquêtes et des plaintes visent également le groupe en France, en Italie, au Royaume-Uni et en Pologne.

 

Elles sont ensuite économiques :

Volkswagen a déjà dû payer plus de 26 milliards d’euros. Ce coût est dû aux rappels de véhicules, ainsi qu’en procédures judiciaires. D’autres firmes ont eu à assumer des coûts dus aux procédures judiciaires.

Ces révélations vont aussi impacter le marché du diesel : il représente à peine 40,6% du marché français des voitures neuves au premier trimestre 2018 en France. Il était de 64% en 2014… et de 72,4% durant l’année record de 2011.

 

Enfin, elles sont environnementales :

D'après une étude scientifique publiée en 2017, les gaz polluants émis par les véhicules trafiqués du groupe en circulation sur les routes allemandes devraient provoquer 1 200 décès prématurés en Europe. Et ce ne sont pas les propriétaires de ces véhicules diesel qui sont les plus menacés mais ceux qui les suivent dans le panache invisible de pollution.

 

Une nouvelle norme anti-pollution

Suite au Dieselegate et à la fraude organisée par Volkswagen, de nouveaux contrôles anti-CO2 entrent en vigueur en septembre. De quoi obliger les constructeurs automobiles à revoir la motorisation de plusieurs modèles. Cette norme va obliger tous les véhicules à prouver, à partir du 1er septembre, la réalité de leurs émissions de CO2, en laboratoire mais aussi sur la route. De quoi sérieusement ralentir la production.

 

 

PARTAGER
ARTICLES SIMILAIRES
Infos

Marché mondial de l’automobile : palmarès et bilan du 1er semestre 2018

24/07/2018
Lire plus
Infos

Climatisation : les prix risquent d'exploser

17/07/2018
Lire plus
CATÉGORIES

Ce site utilise des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur. En utilisant notre site internet, vous consentez à l'utilisation de ces cookies en accord avec notre Politique de Cookies. 

OK